Le 16 septembre 2018, la toute première Réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose s’est tenue à New-York. Celle-ci a conduit à la Déclaration politique sur la lutte contre la tuberculose, et énonce les engagements que les États membres doivent respecter pour éliminer la maladie d’ici 2030. La Déclaration a réaffirmé les objectifs mondiaux existants, tels que définis dans les Objectifs de développement durable (ODD) ; la stratégie Halte à la tuberculose et la Déclaration de Moscou pour mettre fin à la tuberculose.

L’organisation mondiale de la santé a développé un cadre de redevabilité multisectoriel (CRM) ou MAF TB en anglais, pour mieux évaluer les progrès réalisés dans l’atteinte des objectifs de la stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose d’ici 2030. Un document supplémentaire appelé ‘’Listes de contrôle’’ a été produit par l’OMS pour permettre aux pays et différentes parties prenantes du niveau national, régional et global d’évaluer de manière autonome, les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Déclaration politique.

DRAF TB, la Dynamique de la Réponse d’Afrique Francophone sur la tuberculose, s’est engagée à mesurer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Déclaration politique en Afrique Francophone de l’Ouest et du Centre. Un appui de Stop TB Partnership dans le cadre de Challenge Facility for Civil Society Round 9 (CFCS) a permis de faire le suivi des engagements de la déclaration politique de la réunion de haut niveau des nations unies sur la TB dans 12 pays de l’Afrique francophone : Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo ; Côte d’Ivoire, Gabon ; Guinée, Niger, Sénégal, Tchad, RDC. L’objectif général est de conduire une analyse de base de la mise en œuvre des cadres de redevabilité multisectoriel (CRM) dans 12 pays en Afrique Francophone de l’Ouest et du centre avec les ‘’Listes de contrôle’’ de l’OMS. De manière spécifique : (i) Faire ressortir un cadre fournissant une vue d’ensemble des engagements, des actions, du suivi et de la notification et des mécanismes d’examen, ainsi que des mesures prises afin d’étayer, de renforcer et/ou de préserver une responsabilisation rigoureuse. (ii) Proposer des recommandations pour la mise en place des cadres de redevabilité multisectoriel de la tuberculose.

L’évaluation a utilisé une combinaison des approches quantitatives et qualitatives afin de fournir une vision meilleure des efforts conduit dans les pays pour la mise en œuvre des quatre composantes du cadre de redevabilité multisectoriel. Plusieurs méthodes ont été utilisées pour conduire l’évaluation : il s’agit notamment de la revue documentaire, l’approche quantitative et l’approche qualitative. Un échantillon restreint constituer des programmes nationaux de lutte contre la tuberculose du Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo ; Côte d’Ivoire, Gabon ; Guinée, Niger, Sénégal, Tchad, RDC ; été définit pour l’évaluation. Les listes de contrôles de l’OMS ont été utilisées comme unique outil pour conduire des entretiens semi-directifs avec les PNLT. Les informations collectées ont été épurées avec l’appui des points focaux TB des bureaux pays de l’OMS qui ont procédés à la relecture des informations fournies. Toutes les données ont été analysées avec le logiciel Nvivo 12 par un raccordement sur les quatre principales variables du cadre de redevabilité (Engagements – Actions – Suivi & Notification – Examen). 

L’évaluation a pris en compte d’une part le cadre de responsabilisation, et d’autre part les trois annexes du cadre de responsabilisation.

Télécharger l’intégralité du rapport ci-dessous :

RAPPORT EVALUATION DE BASE MAF TB 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *